• Galère Portugaise

    Galère Portugaise

     

    Elle n’as pas de cerveau et ne peut pas nager, et pourtant, la galère portugaise prospère dans les mers chaudes où elle a acquis une réputation de tueuse. Cette méduse déploie une douzaine de tentacules venimeux sous la surface de l’eau et se laisse dériver au gré du vent.

     

    Caractéristiques

     

    Espèce : Physalia physalis

    Taille : Flotteur de 30 cm de long, tentacules entre 12 et 46 cm de long

    Particularités : Longs tentacules, ombrelle avec une crête ; elle doit son nom à sa ressemblance avec un ancien chapeau de marin portugais

    Habitat : Surface des océans

    Proies : Poissons, crevettes et crustacés

     

     

    Gaz Bag :   

    La galère portugaise ne nage pas mais dérive à la surface des océans grâce à son ombrelle remplie de gaz et à sa crête que le vent pousse.

     

    Ne pas toucher :

    Ses tentacules peuvent atteindre 46 cm de long. Au moindre contact, de minuscules dards couverts de barbes envoient chacun une injection de poison à la victime.

     

     

    Un pour tous, tous pour un !

    La galère portugaise n’est pas un animal à part entière : c’est une colonie de plusieurs créatures travaillant ensemble. Au départ, c’est un organisme plat qui se met à produire des polypes. Un type de polype va se transformer pour composer l’ombrelle, les tentacules ou les tubes digestifs. Le tout donnera cette étrange et dangereuse combinaison.

     

     

    Tubes digestifs : Quand les tentacules remontent une proies paralysée, les tubes digestifs à la base du flotteur dissolvent sa chair et en absorbent les éléments nutritifs.

     

    Coup de soleil : Exposée toute la journée au soleil, son ombrelle se dessèche. Pour y remédier, la méduse s’immerge et la rafraîchit dans l’océan.

     

     

    Tentacules meurtriers :

    Une galère portugaise se laisse dériver à la surface de l’océan en attendant une proie.

    Un petit poisson frôle les tentacules. Aussitôt, plusieurs dards plongent dans le corps de la victime et inoculent un poison dans son système nerveux.

    La mort du poisson est instantanée. Les tentacules le remontent vers les tubes digestifs qui se trouvent sous l’ombrelle.

     

     

    Le savais-tu ?

    Certaines espèces de poissons-clowns vivent dans les tentacules de cette méduse pour se protéger. Ils sont immunisés contre son poison.

     

     


  • Commentaires

    1
    Wizloo
    Jeudi 17 Décembre 2009 à 12:13
    Très instructif et intéressant ^^ Merci pour ce petit cours :p
    2
    Jenny
    Samedi 30 Mars 2013 à 07:11
    C\'est très instructif, oui c\'est vrai. Mais ce poison est aussi mortel si ses tentacules sont en contact avec l\'homme? L\'homme peut il mourir de ce poison comme le poisson? Animal très étrange ce n\'est pas faux.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :