• Catoblépas

    Catoblépas

    Le catoblépas est l’un des monstres les plus horribles de la mythologie. Il se nourrit de plantes toxiques lui permettant de répandre des souffles empoisonnés, et pis encore, un seul de ses regards transforme tout être vivant en statue de pierre. Par chance, cette bête ne peut pas lever la tête très haut, et passe son temps à fouir dans les sols boueux.

    Caractéristiques

    Nom :Signifie en grec « qui regarde vers le bas »

    Particularités : Grosse tête, corps de porc, fines ailes
    Habitat : Ethiopie, selon la plupart des légendes
    Origine de la légende : Traditions de la Rome antique
    Prononciation : Ca-to-blé-pass
    Blindé :   

    Certains récits assurent que cette bête est couverte d’écailles aussi dures que le fer, et que peu d’ennemis, animaux ou humains, sont capables de percer cette carapace, même avec les armes les plus acérées.

    Rase-mottes :

    Sa tête est si grosse et si lourde qu’il est incapable de la lever. Quand il se déplace, il traîne son groin dans la boue, avec la bouche ouverte et la langue pendante. Il ramasse ainsi toutes les saletés.

    Brouteur 

    Les rumeurs sur l’existence du catoblépas ont occupé l’Afrique et l’Europe des siècles durant. Le premier à avoir décrit cette bête fut l’écrivain et naturaliste latin Pline. Il assura avoir vu le catoblépas en parcourant l’Afrique du Nord, au cours des explorations qu’y firent les Romains. Depuis lors, de nombreux auteurs l’ont mis en scène, notamment Gustave Flaubert, qui raconte comment le monstre vint raconter à saint Antoine la misère de son existence. Ceux qui doutent de son existence pensent que Pline a vu en réalité un gnou qui broutait, le museau près du sol, et l’a pris pour un monstre.

    Haleine puante :Selon la légende, le catoblépas passe son temps à avaler des plantes toxiques. Elles auraient un tel effet sur son haleine que le monstre pourrait envelopper son corps d’un nuage empoisonné rien qu’en respirant.

    Vue basse :Avec sa tête traînant constamment dans la boue, le catoblépas n’y voit presque pas. Des récits affirment qu’un jour il a même mangé ses pattes avant par erreur, parce qu’il était incapable de voir ce qu’il avalait.

     

    Cœur de pierre  

    Le catoblépas pourrait sembler digne de pitié, sans le pouvoir qu’il a sur tout ce qu’il regarde. Des légendes assurent que des explorateurs européens parcourant l’Afrique ont été si intrigués de découvrir un catoblépas qu’ils lui ont relevé la tête pour mieux l’observer. Les gens du pays qui connaissaient le danger ne purent retenir les explorateurs : or tout être vivant qui regarde un catoblépas dans les yeux est aussitôt transformé en pierre.

     
    Le savais-tu ?

    Dans certains récits, le catoblépas a le corps et la tête d’un taureau plutôt que d’un sanglier.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :