• L'ancêtre commun des chiens et des chats était un carnivore arboricole de l'Éocène.

    Les membres de la famille des canidés, comme les autres carnivores, ont évolué à partir d'un mammifère carnivore proche de la genette, qui grimpait aux arbres et vivait pendant l'Éocène.

    Bien que les canidés aient été autrefois groupés avec d'autres carnivores tels que les ours et les ratons laveurs, ils sont aujourd'hui considérés comme plus proches des félidés du point de vue de l'évolution. 

    Au début de l'Oligocène, il y a environ 38 millions d'années, apparurent au moins cinquante animaux d'aspect canin, munis de longues pattes adaptées à la course et de doigts bien développés aux griffes émoussées.

    Ce fut probablement la lignée de carnivores qui eut le plus de succès, et ceci continua jusqu'à l'Holocène. Les premiers loups et renards apparurent vers le Pliocène supérieur (il y a 8 millions d'années). Le lycaon, le dhole et le chien de brousse d'Amérique du Sud se développèrent probablement à partir de lignées séparées qui se différencièrent du chien de l'Éocène vers la même époque que les hyènes.


    « Carnivore de l'Éocène », Encyclopédie Microsoft® Encarta® 2000. © 1993-1999 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

     
    Genette
     
    Hyène
     
    Lycaon
     
    Dhole

    2 commentaires
  • Loup de Tasmanie

    Meurtrier nocturne, le loup de Tasmanie s’attaquait aux troupeaux de moutons et semait la terreur parmi les bergers. Les plus superstitieux racontaient qu’il était assoiffé de sang comme les vampires. Les loups de Tasmanie ont été décimés jusqu’au dernier.

    Caractéristiques

    Espèce :Thylacinus cynocephalus

    Taille :1,5 à 1,8 de long, 0,6 m de haut

    Poids :Jusqu’à 35 kg

    Particularités :Larges mâchoires, dents solides, rayures sur le dos

    Habitat :Tasmanie, une île au sud de l’Australie

    Proies :Kangourous, wallabies, moutons

    Époque :L’espèce remonte à 23 millions d’années et s’est éteinte dans les années 30

     

    Grande gueule :   

    Le loup pouvait ouvrir sa gueule à 160°, bien plus qu’un loup ordinaire. Ses mâchoires puissantes broyaient les os de ses victimes.

    Invisible :

    Une série de rayures sombres partaient du milieu du dos jusqu’au bout de sa queue. Elles étaient un véritable camouflage lorsque le loup s’embusquait dans l’ombre.

     
    Un zèbre loup ou un loup zébré ? 

    Lorsqu’on le découvrit en Tasmanie, personne ne sut dire exactement ce que c’était. Un tigre ? Un loup ? Un loup zébré ? Mais tous comprirent que c’était un tueur redoutable et le chassèrent par tous les moyens jusqu’au dernier.

    Le dernier loup de Tasmanie connu est mort au zoo Hobart en Australie le 7 septembre 1936.

     

    Pas d’humeur :Sa queue, d’environ 0,60 cm, était raide et épaisse à la base. L’animal pouvait s’asseoir dessus comme un kangourou. Contrairement au chien, il n’agitait pas la queue pour marquer sa bonne humeur.

    Proche parent : Malgré son nom, le loup de Tasmanie est plus proche du kangourou que du loup. Comme beaucoup de mammifères australiens, il appartenait à la famille des marsupiaux.

     
    Boucherie

    Mâchoires grandes ouvertes, le loup pouvait saisir une proie de la taille d’un kangourou, en une seule prise.

    Parfois, il se contentait de mordre dans la gorge de sa victime. Mais il pouvait aussi prendre toute la tête de l’animal dans sa gueule et le tuer par torsion.

    Il dévorait sa proie immédiatement tant qu’elle était encore fraîche et se gavait de viande jusqu’à en avoir l’estomac plein.

     
    Le savais-tu ?

    Les premiers colons pensaient qu’il pouvait se tenir debout comme le kangourou.

     

                 

     


    2 commentaires
  • Euryptéride

    Moitié langouste, moitié scorpion, l’euryptéride était la terreur des mers de la période paléozoïque. Sa taille atteignait celle d’un humain. À l’aide de ses pinces géantes, elle broyait ses proies. Classée parmi les plus gros arthropodes, elle fut probablement la première créature marine à se hasarder sur terre.

    Caractéristiques
    Espèce :Eurypteracea
    Taille :De 2,5 cm jusqu’à 2 m

    Proies :Vers, poissons et autres invertébrés

    Habitat :Des fossiles ont été retrouvés en Europe et en Amérique du Nord

    Epoque :Il y a 510 à 245 millions d’années durant l’ère paléozoïque

    Prononciation :Eu-rip-té-ri-de
     

    Pouvoir pincé :   

    Leurs pinces hérissées de pointes constituaient leur arme principale. Ces pinces étaient assez tranchantes pour découper un poisson et assez puissantes pour maintenir fermement de plus grandes proies.

    Rame, rame :

    Leurs cinquièmes pattes, plus longues et larges que les autres, étaient utilisées comme des pagaies et leur permettaient de se déplacer très rapidement.

     
    Eau et gazon  

    Les euryptérides possédaient deux paires de branchies, l’une pour respirer sous l’eau et l’autre pour respirer sur terre. Ces créatures pouvaient ramper et chasser sur les berges ou les plages. Les scientifiques pensent que l’euryptéride a fait partie des premières créatures à s’adapter à la vie non aquatique.

     

    Queue à pointes :La queue plate des euryptérides ressemblait à une pagaie garnie de pointes. Elle les protégeait des plus grands euryptérides.

    Disparition : Les euryptérides ont disparu il y a 245 millions d’années, au même titre que les autres créatures vivantes lors de la mystérieuse extinction des dinosaures.

     
    Super-pinces

    Il y a des millions d’années, les euryptérides étaient tout en haut de la chaîne alimentaire. Si leurs longues pattes arrière leur servaient de rames dans l’eau, les quatre plus petites leur permettaient de se déplacer sur la terre ferme. Peu de créatures pouvaient échapper à ce prédateur aux multiples talents.

    Le savais-tu ?

    Les scientifiques ont répertorié plus de 300 espèces d’euryptérides.

     

     

      <Fossile de pince d'euryptéride     

     

     


    1 commentaire
  • Apatosaure

    Avec son long cou, l’apatosaure pouvait manger les branches les plus hautes des arbres, laissées par les autres dinosaures. Le passage d’un troupeau de ces énormes bêtes faisait l’effet d’une tornade, laissant terre et arbres dévastés.

    Caractéristiques

    Espèce :Apatosaurus lousiæ

    Taille :Jusqu’à 21 m de long
    Poids :Jusqu’à 30 tonnes

    Nourriture :Toutes les plantes, dont les palmiers

    Habitat :On trouve des fossiles à l’ouest des États-Unis

    Particularités :Taille immense et long cou, queue souple et rapide comme un fouet

     

    Léger cou :   

    Son cou était relativement léger, ses vertèbres étant creuses. Dans le cas contraire, l’apatosaure n’aurait pas pu le soulever !

    Queue-fouet :

    Sa queue longue et musclée l’aidait à se protéger des prédateurs. Il la bougeait si vite qu’elle faisait l’effet d’un gigantesque coup de fouet.

     
    L’allure du dinosaure  

    Les scientifiques pensaient que les dinosaures se déplaçaient au ras du sol, comme les lézards. L’apatosaure a prouvé le contraire. En effet, il marchait sur des pattes bien droites reposant sur des pieds très plats. S’il n’en avait pas été ainsi, ses pattes aussi lourdes que des troncs d’arbres n’auraient pu le faire ramper.

     

    Cerveau renifleur :L’apatosaure avait des narines sur le sommet de la tête et des fentes de chaque côté pour les oreilles.

    Mangeur de cailloux :Dépourvu de bonnes dents pour mâcher, il avalait des pierres pour l’aider à broyer et à ingurgiter les feuillages.

    Chronologie

    L’apatosaure vivait entre -154 et -144 millions d’années au cours du Jurassique.

    Le savais-tu ?

    Une empreinte d’apatosaure peut contenir 300 litres d’eau.

     

             

     


    6 commentaires
  • Dunkléosteus

    Il y a quatre cents millions d’années, bien avant l’époque des dinosaures, le dunkléosteus était en tête de la chaîne alimentaire et l’un des premiers animaux dotés de mâchoires. Ce poisson cuirassé de la préhistoire pouvait broyer ses proies avec une grande férocité.

    Caractéristiques

    Espèce :Dunkléosteus (variétés diverses)

    Taille :Jusqu’à 6 m de long
    Poids :Jusqu’à 1 tonne

    Proies :Poissons et requins

    Habitat :On trouve des fossiles à l’est des Etats-Unis, en Allemagne et au nord-ouest de l’Afrique

    Epoque :Entre -410 et -350 millions d’années

     

    Musclor :   

    Le corps de ce poisson était énorme et musclé. Cette force le propulsait dans l’eau pour attaquer ses proies.

    Tête osseuse :

    Constitué d’os épais, le crâne du dunkléosteus formait une carapace résistante, qu’aucune créature ne pouvait transpercer.

     
    Les dents de la mer  

    Le dunkléosteus n’avait pas de dents à proprement parler, mais une extension des os de ses mâchoires. Les os ont progressivement grandi et se sont affûtés, le poisson ayant pris l’habitude de mordre dans ses proies. Ses dents de devant, larges et crochues, avaient fonction d’incisives tandis que celles de l’arrière, plus arrondies comme des molaires, servaient à mâcher la nourriture.

    Des millions d’années après sa mort, le squelette fossilisé du dunkléosteus est toujours effrayant à voir.

    Lentilles osseuses :Les yeux du dunkléosteus étaient protégés par un bouclier circulaire divisé en quatre parties et formé par un os très épais.

    Bouche bée :Chaque mâchoire était reliée au crâne par un jeu de charnières, ce qui permettait au dunkléosteus d’ouvrir démesurément la bouche.

    C’est du gâteau

    Apercevant une sorte de raie primitive, le dunkléosteus fait lourdement volte-face et part à la poursuite de son repas.

    Refermant ses mâchoires tranchantes, il arrache non seulement un morceau de chair, mais coupe sa proie en deux et la tue.

    Le savais-tu ?

    Le dunkléosteus a côtoyé le coelacanthe, un genre de poisson dont une espèce a survécu aujourd’hui.

     

             

    <le coelacanthe>

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires